Page:Gautier - Mémoires d'un Éléphant blanc, Armand Colin et Cie, 1894.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.






Chapitre III


MARCHE TRIOMPHALE


Quand je rouvris les yeux, le soleil était levé et je vis tout autour de l’enclos, hors de ma portée, les éléphants de la veille, attachés par un pied à l’aide d’une corde, facile à rompre d’un seul effort. Avec beaucoup de satisfaction, ils mangeaient d’excellentes herbes et des racines amassées devant eux.

J’avais trop de honte et de tristesse pour avoir faim, et je regardais d’un œil morne ces prisonniers dont je ne pouvais comprendre l’air tranquille et heureux. Lorsqu’ils eurent mangé, des hommes parurent et, loin de témoigner de la frayeur, les éléphants les saluèrent en agitant leurs oreilles et en donnant tous les signes de la joie. Chacun s’adressait à un homme spécialement, et l’homme ne s’occupait que d’un seul. Il détachait l’entrave du pied, frottait d’un