Page:Gautier - Mémoires d'un Éléphant blanc, Armand Colin et Cie, 1894.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


onguent la peau rugueuse, puis, à un signe, le captif repliait, en arrière, un pied de devant pour que l’homme pût y monter et se hisser ainsi sur le colosse.

Je regardai tout cela avec une si vive surprise que j’oubliai presque ma peine. Maintenant, chaque homme était assis sur le cou d’un éléphant et, l’un après l’autre, ils se mirent en marche, puis sortirent de l’enclos qui, derrière eux, fut refermé.

Je restai seul, comme abandonné. La journée fut longue et cruelle ; le soleil me brûlait, la faim et la soif commençaient à me faire souffrir. Je ne me débattais plus ; mes jambes étaient meurtries par les vains efforts que j’avais faits. J’étais accablé, hébété, me considérant déjà comme mort.

Au coucher du soleil, les éléphants revinrent, apportant chacun une charge de nourriture, et je les vis encore manger gaiment, tandis que la faim me tordait l’estomac, et que nul ne paraissait plus m’apercevoir.

Quand la nuit tomba encore une fois, je me laissai aller à pousser des cris de douleur plus que de colère. La faim et la soif ne me permirent pas de dormir un seul instant.

Le matin un homme s’avança vers moi. Il s’arrêta à quelque distance et se mit à me parler. Je ne comprenais pas, naturellement, ce qu’il me disait, mais la voix était douce et je me rendais compte qu’elle ne menaçait pas. Quand il n’eut plus rien à dire, il découvrit un bassin qu’il portait, empli d’une nourriture inconnue, mais dont le parfum appétissant me fit trépigner de désir. Alors, l’homme vint à ma portée et, s’agenouillant, il soutint le bassin devant moi.

J’étais si affamé que j’oubliai tout orgueil, toute colère, et même, toute prudence, car ce que l’on m’offrait pouvait être empoisonné. En tout cas, je n’avais jamais rien goûté d’aussi délicieux et, quand le bassin fut vide, je ramassai les moindres miettes tombées sur le sol.

L’éléphant qui m’avait capturé revint près de moi, portant sur