Page:Gautier - Mémoires d'un Éléphant blanc, Armand Colin et Cie, 1894.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Précédés de nos officiers et de nos esclaves, trois hommes, très différents des autres, s’avancèrent au son de la musique.

Ils avaient la tête rasée, les oreilles saillantes et portaient de longues robes jaunes à larges manches. En entrant, ils ne se prosternèrent pas, ce qui, je l’avoue, me choqua un peu.

Le plus vieux marchait au milieu ; il s’arrêta devant moi et commença à parler d’une voix singulière, haute et monotone ; puis, sans se taire, il prit de la main d’un de ses compagnons une houppe à manche d’ivoire, tandis que l’autre lui tendait un bassin plein d’eau. Il trempa la houppe dans l’eau et se mit à m’asperger d’une façon qui m’agaça beaucoup ; je recevais des gouttes d’eau dans les yeux, sur les oreilles, et comme cela durait un peu trop, à mon idée, j’arrachai vivement cette houppe de la main du Talapoin et, l’imbibant bien d’eau, je la secouai sur eux trois, leur rendant ainsi ce qu’ils m’avaient fait. Ils se sauvèrent en riant et en s’essuyant la figure avec leurs manches, et moi je poussai un long cri pour proclamer ma victoire et mon contentement. Cependant, Prince-Formidable n’approuva pas ma conduite. Il trouva que j’avais manqué de dignité.

Peu après, on vint nous chercher pour nous conduire au bain. Un esclave marchait devant nous en frappant des cymbales pour nous faire faire place, et d’autres élevaient au-dessus de nos têtes de magnifiques parasols.