Page:Gautier - Mémoires d'un Éléphant blanc, Armand Colin et Cie, 1894.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Dans notre parc même, s’étendait un beau lac et on m’y laissa plonger, nager, barboter cette fois autant que je voulus. La journée, terminée par un repas aussi copieux que délicat, me parut extrêmement agréable.

Il en fut ainsi chaque jour, moins les Talapoins qui ne revinrent pas. Une seule heure était un peu pénible, celle où je prenais ma leçon. C’était le soir avant le coucher. L’homme qui s’était le premier assis sur mon cou, restait mon gardien principal, mon mahout, et il devait m’instruire, m’apprendre à connaître les ordres indispensables, à comprendre certains mots : en avant, en arrière, à genoux, relève-toi, à droite, à gauche, halte, plus vite, doucement, c’est bien, c’est mal, assez, encore, saluez le roi, etc.

Prince-Formidable m’aidait beaucoup en me traduisant les ordres en langage d’éléphant et je sus bientôt tout ce qu’il fallait savoir.

Plusieurs années s’écoulèrent ainsi, fort agréables, mais assez monotones et je n’ai pas grand’chose à en dire.

Prince-Formidable mourut la seconde année après mon arrivée. On lui fit des funérailles royales et toute la cour prit le deuil. Je restai seul quelque temps, puis d’autres éléphants blancs furent amenés. Mais les nouveaux venus, qui ne savaient rien et avaient un caractère ombrageux et rebelle, m’inspirèrent peu d’intérêt.