Page:Gautier - Mémoires d'un Éléphant blanc, Armand Colin et Cie, 1894.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.






Chapitre XII


PARVATI


Pendant notre absence, une petite princesse était née au palais de Golconde. Alemguir, tout joyeux, vint me la montrer dans les dentelles de ses langes.

Qu’elle était mignonne, jolie, fragile et toute pareille à une fleur ! Sa petite main secouait un hochet d’or et elle avait autour du cou un rang de grosses perles qui semblaient des gouttes de lait figées.

On l’avait appelée Parvati, le nom d’une déesse.

Comme j’étais ému en la regardant ! comme mon cœur battait ! mais je ne savais exprimer ce que j’éprouvais qu’en me balançant gauchement d’un pied sur l’autre.

Saphir-du-Ciel avait failli mourir, aussi lui avait-on caché les revers de l’armée et la captivité du prince. Elle avait appris en même temps