Page:Gautier - Théâtre, Charpentier, 1882.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




Paul.

Mes penchants sociaux là-dessus sont les vôtres.


Lord Durley.

Lavinia n’a pas de parents ?


Georges.

Lavinia n’a pas de parents ?Non, milord.
Mais vous parlez en sphinx, et j’ai beau faire effort,
Pour moi, tout ce discours est un profond mystère.


Lord Durley.

J’ai vingt-six ans, — je suis duc et pair d’Angleterre,
Et je porte de gueule à trois léopards d’or,
Avec cette devise : Ex sanguine splendor.
J’ai tout ce qu’ici-bas l’homme rêve ou désire :
Hôtel dans le West-End, manoir dans le Yorkshire,
Villa de marbre blanc au bord du lac Majeur,
Et, l’été, quand me pousse un instinct voyageur,
Un yacht de bois de teck, dont je jette l’amarre
Aux rives de Ceylan ou de Castellamare.
Si vous ne voyez pas, comte Georges d’Elcy,
Pourquoi, moi, lord Durley, je vous dis tout ceci,
C’est que votre pupille est jeune, belle, seule,
Sans cortège de père, ou de tante, ou d’aïeule,
Et que je viens ici par le plus droit chemin,
En loyal gentleman vous demander sa main.


Georges.

Je repousse à regret une offre qui l’honore ;
Lavinia n’est pas à marier… encore.


Lord Durley.

Pour qu’elle le devienne, il suffit d’un époux.


Paul, à part.

Il garde son trésor comme un griffon jaloux.


Georges.

Elle est trop jeune.