Page:Gautier - Théâtre, Charpentier, 1882.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Et mon sang est moins chaud sous mon teint plus vermeil ;
Ce qui n’empêche pas que je n’aime mon George,
Non comme l’idéal absurde que se forge
Sur les têtes de cire aux montres des coiffeurs
Une pensionnaire aux petits airs rêveurs,
Mais comme le garçon le meilleur de la terre,
D’une amitié que rien ne balance et n’altère,
Et pour qui, s’il fallait à sa place mourir,
On me verrait gaîment à l’échafaud courir !


Georges, à part.

Ô mon cœur bats moins fort. (Haut.) Du moins, enfant cruelle,
Avez-vous réfléchi combien vous êtes belle ?


Lavinia, souriant.

Je n’ai pas réfléchi, non vraiment, mais ce soir
Je questionnerai là-dessus mon miroir.


Georges.

Dieu parfois met devant ceux qu’il affectionne
La beauté, lampe d’or, qui sur l’âme rayonne !


Lavinia.

Bonne précaution, car plus d’un œil distrait
À côté du trésor, sans rien voir, passerait.


Georges, à part.

Essayons d’un moyen pour savoir si l’amie
Cache sous sa froideur une amante endormie ;
Sur ce marbre insensible, où mon ciseau glissa,
Posons la jalousie en guise de moxa.
(Haut). — N’as-tu pas remarqué cette jeune personne
Hier, aux Bouffes…


Lavinia.

Hier, aux Bouffes…Blonde, avec une couronne
De feuilles d’un vert glauque à brindilles d’argent ;
On eût dit une ondine en sa source nageant,
À la voir ondoyer au bord de sa baignoire,
Plus blanche mille fois que sa robe de moire.