Page:Gautier - Théâtre, Charpentier, 1882.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Dafné.

Tout est prêt.


Georges.

Tout est prêt.Bien. Allez dire à mademoiselle
Que j’attends au salon qu’il fasse jour chez elle.




Scène II

GEORGES, PAUL.




Paul.

Personne ! — Un vrai palais des contes de Perrault,
Et je vais d’un baiser éveiller en sursaut,
Dans la tour où l’enchaîne un sommeil léthargique,
Le belle au bois dormant de ce logis magique.
Diable ! quelqu’un !


Georges.

Diable ! quelqu’un !Un homme ! à cette heure, en ce lieu !
Que faites-vous ici, monsieur ? Parlez, mordieu !


Paul.

Oui, mais n’étranglez pas l’orateur dès l’exorde.
Tiens ! Georges !


Georges.

Tiens ! Georges !Paul ! avec une échelle de corde,
En paletot, couleur de muraille. — Chez qui,
Par cette ascension de madame Saqui,
Croyais-tu pénétrer ? — Toujours trop prompt à naître,
Gageons que ton amour s’est trompé de fenêtre.


Paul.

Tu sauras tout. — Ta main !


Georges.

Tu sauras tout. — Ta main !Mes bras te sont ouverts.