Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


des gardiens. On nous fit voir comme étant la voiture de Jeanne la Folle, mère de Charles Quint, un carrosse en bois sculpté d’un admirable travail, et qui évidemment ne pouvait remonter plus haut que le règne de Louis XIV. La carriole de Charles Quint, avec ses coussins et ses courtines de cuir, nous paraît beaucoup plus vraisemblable. Il y a très peu d’armes moresques : deux ou trois boucliers, quelques yatagans, voilà tout. Ce qu’il y a de plus curieux, ce sont les selles brodées, étoilées d’or et d’argent, écaillées de lames d’acier, qui sont en grand nombre et de formes bizarres ; mais il n’y a rien de certain sur la date et sur la personne à laquelle elles ont appartenu. Les Anglais admirent beaucoup une espèce de fiacre triomphal en fer battu offert à Ferdinand vers 1823 ou 1824.

Indiquons en passant, et pour mémoire, quelques fontaines d’un rococo très corrompu, mais assez amusant, le pont de Tolède, d’un mauvais goût très riche et très orné, avec cassolettes, oves et chicorées, quelques églises bariolées bizarrement et surmontées de clochetons moscovites, et dirigeons-nous vers le Buen Retiro, résidence royale située à quelques pas du Prado. Nous autres Français, qui avons Versailles, Saint-Cloud, qui avons eu Marly, nous sommes difficiles en fait de résidences royales ; le Buen Retiro nous paraît devoir réaliser le rêve d’un épicier cossu : c’est un jardin rempli de fleurs communes, mais voyantes, de petits bassins ornés de rocailles et de bossages vermiculés avec des jets d’eau dans le goût des devantures des marchands de comestibles, de pièces d’eau verdâtres où flottent des cygnes de bois peints en blanc et vernis, et autres merveilles d’un goût médiocre. Les naturels du pays tombent en extase devant un certain pavillon rustique bâti en rondins, et dont l’intérieur a des prétentions assez indoues ; le premier jardin turc, le jardin turc naïf et patriarcal, avec kiosques vitrés de carreaux de couleur, par où l’on voyait des paysages bleus, verts