Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


à l’occident dans les teintes lilas de la nuit, dont l’ombre refroidissait déjà tout ce côté.

Accoudé à l’embrasure d’un créneau et regardant à vol d’hirondelle cette ville où je ne connaissais personne, où mon nom était parfaitement inconnu, j’étais tombé dans une méditation profonde. Devant tous ces objets, toutes ces formes, que je voyais et que je ne devais probablement plus revoir, il me prenait des doutes sur ma propre identité, je me sentais si absent de moi-même, transporté si loin de ma sphère, que tout cela me paraissait une hallucination, un rêve étrange dont j’allais me réveiller en sursaut au son aigre et chevrotant de quelque musique de vaudeville sur le rebord d’une loge de théâtre. Par un de ces sauts d’idées si fréquents dans la rêverie, je pensai à ce que pouvaient faire mes amis à cette heure ; je me demandai s’ils s’apercevaient de mon absence, et si, par hasard, en ce moment même où j’étais penché sur ce créneau dans l’Alcazar de Tolède, mon nom voltigeait à Paris sur quelque bouche aimée et fidèle. Apparemment, la réponse intérieure ne fut pas affirmative ; car, malgré la magnificence du spectacle, je me sentis l’âme envahie par une tristesse incommensurable, et pourtant, j’accomplissais le rêve de toute ma vie, je touchais du doigt un de mes désirs les plus ardemment caressés : j’avais assez parlé, en mes belles et verdoyantes années de romantisme, de ma bonne lame de Tolède pour être curieux de voir l’endroit où l’on en fabriquait.

Il ne fallut rien moins, pour me tirer de ma méditation philosophique, que la proposition que me fit mon camarade de nous aller baigner dans le Tage. Se baigner est une particularité assez rare dans un pays où, l’été, l’on arrose le lit des rivières avec l’eau des puits, pour ne point en négliger l’occasion. Sur l’affirmation du guide que le Tage était un fleuve sérieux et pourvu d’assez d’humidité pour y tirer sa coupe, nous descendîmes en toute hâte de l’Alcazar, afin de profiter d’un reste de jour, et nous nous dirigeâmes