Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


La mule fraîche était attelée. Il fallait se remettre en route, et réellement, on a besoin d’un grand courage moral pour quitter, par trente degrés de chaleur, une posada où l’on a pour perspective plusieurs rangs de jarres, de pots et d’alcarrazas, couverts d’une transpiration perlée. Boire de l’eau est une volupté que je n’ai connue qu’en Espagne ; il est vrai qu’elle y est légère, limpide et d’un goût exquis. La défense de boire du vin faite aux mahométans est la prescription la plus facile à suivre sous de tels climats.

Grâce aux discours éloquents que notre calesero ne cessa de tenir à sa mule et aux petites pierres qu’il lui jetait aux oreilles avec beaucoup de dextérité, nous allions assez bon train. Il l’appelait, dans les circonstances difficiles, vieja, revieja (vieille, deux fois vieille), injure particulièrement sensible aux mules, soit parce qu’elle est toujours accompagnée d’un coup de manche de fouet sur l’échine, soit parce qu’elle est fort humiliante en elle-même. Cette épithète, appliquée plusieurs fois avec beaucoup d’à-propos, nous fit arriver aux portes de Madrid à cinq heures du soir.

Nous connaissions déjà Madrid, et nous n’y vîmes rien de nouveau que la procession de la Fête-Dieu, qui a beaucoup perdu de son ancienne splendeur par la suppression des couvents et des confréries religieuses. Cependant, la cérémonie ne manque pas de solennité. Le passage de la procession est poudré de sable fin, et des tendidos de toile à voile, allant d’une maison à l’autre, entretiennent l’ombre et la fraîcheur dans les rues ; les balcons sont pavoisés et garnis de jolies femmes en grande toilette ; c’est le coup d’œil le plus charmant qu’on puisse imaginer. Le manège perpétuel des éventails qui s’ouvrent, se ferment, palpitent et battent de l’aile comme des papillons qui cherchent à se poser ; les mouvements de coude des femmes se groupant dans leur mantille et corrigeant l’inflexion d’un pli disgracieux ; les œillades lancées d’une croisée à l’autre aux gens de connaissance ; le joli signe de tête et le geste gracieux