Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


peints à l’huile, ont un aspect de pastel et de détrempe qui vient de ce qu’on ne vernit pas les tableaux en Espagne, manque de précaution qui a laissé dévorer par l’humidité bien des chefs-d’œuvre regrettables. Ces portraits, quoique d’une grande tournure pour la plupart, ne sont cependant pas des peintures de premier ordre, et d’ailleurs, ils sont accrochés trop haut pour que l’on puisse juger du mérite de l’exécution. Le milieu de la salle est occupé par un énorme buffet et d’immenses corbeilles de sparteries, où sont rangés les ornements d’église et les ustensiles du culte. Sous deux cages de verre, l’on conserve comme curiosité deux arbres de corail, bien moins compliqués dans leurs ramures que la moindre arabesque de la cathédrale. La porte est historiée des armes de Burgos en relief, avec un semis de petites croix de gueules.

La salle de Jean Cuchiller, que l’on traverse après celle-ci, n’a rien de remarquable comme architecture, et nous pressions le pas pour en sortir, lorsqu’on nous pria de lever la tête et de regarder un objet des plus curieux. Cet objet était un grand coffre retenu au mur par des crampons de fer. Il est difficile d’imaginer une malle plus rapiécée, plus vermoulue et plus effondrée. C’est à coup sûr la doyenne des malles du monde ; une inscription en lettres noires ainsi conçue : Cofre del Cid, donna tout de suite, comme vous pouvez le croire, une énorme importance à ces quatre ais de bois pourri. Ce coffre, s’il faut en croire la chronique, est précisément celui que le fameux Ruy Diaz de Bivar, plus connu sous le nom de Cid Campéador, manquant d’argent, tout héros qu’il était, comme un simple littérateur, fit porter plein de sable et de cailloux, en nantissement, chez un honnête usurier juif qui prêtait sur gages, avec défense d’ouvrir la mystérieuse malle avant que lui, Cid Campéador, n’eût remboursé la somme empruntée ; ce qui prouve que les usuriers de ce temps-là étaient de plus facile composition que ceux de nos jours. L’on trouverait maintenant peu de juifs et même peu de chrétiens