Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l’on aperçoit un paysage sévère, des roches, des terrains et quelques pans de murs. La tête de la Vierge est d’une majesté, d’un calme et d’une puissance dont on ne peut donner l’idée avec des mots. Le cou est attaché aux épaules par des lignes si pures, si chastes et si nobles, la figure respire une si douce quiétude maternelle, les mains sont tournées si divinement, les pieds ont une telle élégance et si grand style, qu’on ne peut détacher les yeux de cette peinture. Ajoutez à ce merveilleux dessin une couleur simple, solide, soutenue de ton, sans faux brillants, sans petites recherches de clair-obscur, avec un certain aspect de fresque qui s’harmonise parfaitement au ton de l’architecture, et vous aurez un chef-d’œuvre dont vous ne pourrez trouver l’équivalent que dans l’école florentine ou l’école romaine.

Il y a aussi, dans la cathédrale de Burgos, une sainte Famille sans nom d’auteur, que je soupçonne fort d’être d’André del Sarto, et des tableaux gothiques sur bois de Cornelis van Eyck, dont les pareils se trouvent dans la galerie de Dresde ; les tableaux de l’école allemande ne sont pas rares en Espagne, et quelques-uns sont d’une grande beauté. Nous mentionnerons, en passant, quelques tableaux de fra Diego de Leyva, qui se fit moine à la Cartuja de Miraflores, à l’âge de cinquante-trois ans, entre autres celui qui représente le martyre de sainte Casilda, à qui le bourreau a coupé les deux seins : le sang jaillit à gros bouillons de deux plaques rouges laissées sur la poitrine par la chair amputée ; les deux demi-globes gisent à côté de la sainte, qui regarde, avec une expression d’extase fiévreuse et convulsive, un grand ange à figure rêveuse et mélancolique qui lui apporte une palme. Ces effrayants tableaux de martyres sont très nombreux en Espagne, où l’amour du réalisme et de la vérité dans l’art est poussé aux dernières limites. Le peintre ne vous fera pas grâce d’une seule goutte de sang ; il faut qu’on voie les nerfs coupés qui se retirent, les chairs vives qui tressaillent, et dont la sombre pourpre