Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ruine ; des rues entières sont désertes, d’autres obstruées par les maisons écroulées ; l’herbe pousse dans les places. Comme dans ces villes maudites dont parle l’Écriture, il n’y aura bientôt plus à Olmedo d’autres habitants que la vipère à tête plate, le hibou myope, et le dragon du désert frottera les écailles de son ventre sur la pierre des autels. Une ceinture d’anciennes fortifications démantelées entoure la ville, et le lierre charitable habille de son manteau vert la nudité des tours éventrées et lézardées. De grands et beaux arbres bordent ces remparts. La nature tâche de réparer de son mieux les ravages du temps et de la guerre. La dépopulation de l’Espagne est effrayante : du temps des Mores, elle comptait trente deux millions d’habitants ; maintenant, elle en possède tout au plus dix ou onze. À moins d’un changement heureux qui n’est guère probable, ou d’une fécondité surnaturelle dans les mariages, des villes autrefois florissantes seront tout à fait abandonnées, et leurs ruines de briques et de pisé se fondront insensiblement dans la terre qui dévore tout, les cités et les hommes.

Dans la salle où nous dînions, une grosse femme taillée en Cybèle se promenait de long en large, portant sous son bras un panier oblong recouvert d’une étoffe, d’où sortaient de petits gémissements plaintifs et flûtés, ressemblant assez à ceux d’un enfant en bas âge. Cela m’intriguait beaucoup, parce que la corbeille était si petite qu’elle ne pouvait assurément contenir qu’un enfant microscopique et phénoménal, un Lilliputien bon à montrer dans les foires. L’énigme ne tarda pas à s’expliquer ; la nourrice (c’en était une) tira du panier un jeune chien café au lait, s’assit dans un coin, et donna fort gravement à téter à ce nourrisson d’un nouveau genre. C’était une pasiega qui se rendait à Madrid pour être nourrice sur place, et qui craignait de voir son lait se tarir.

Le paysage, lorsqu’on part d’Olmedo, n’offre pas grande variété : seulement je remarquai, avant d’arriver à la couchée,