Page:Geniaux - Les Ames en peine.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


machiné cette scène atroce. Enfin ils marchèrent vers leur chaumière.

Par le bas sentier de Kerpenhir sinuant entre les roches granitiques, Nonna et sa sœur, chargées des manches bigoudènes, brodées pendant la semaine, qu’elles allaient rapporter au tailleur Gourhan de Pont-l’Abbé, attristées par la nouvelle attitude de leur père, avaient voulu saluer leurs fiancés au passage et les assurer de leur fidélité. Les énormes pierres du défilé cahotique les dissimulaient à la vue de Jean et de Julien qu’elles aperçurent. L’allure hagarde des deux frères dans la tempête à laquelle ils paraissaient s’offrir avec une funeste satisfaction, surprit les jeunes filles. Folles de terreur à l’aspect des Buanic qui, le front au ciel, y rêvaient leur cauchemar, Nonna et Anne se sauvèrent en songeant qu’elles aimaient sans doute des « âmes perdues ».

Depuis trois jours, l’ouragan s’exaspérait. Parfois une lame de fond, formidable, montait à l’assaut de la dune chevelue de joncs sur laquelle les femmes rassemblées épiaient le passage des grands navires fuyant au vent avec des culbutes angoissantes. Dans l’après-midi l’Atlantique prit la couleur de l’absinthe. Soudain, vers Lanvec, une explosion retentit que les falaises répercutèrent malgré le bruit de plus en plus terrible des déferlements et des galets traînés.

— On dirait le canon d’alarme, fit Jean surpris. Il serait à croire qu’un grand navire se trouve en péril ? Le poste des sauveteurs de Lanvec doit être prévenu.

— Oh ! Passion du Christ ! faudra-t-il donc qu’il y ait toujours du monde en peine, et sur terre et sur l’eau, murmura Maharit en sortant de son armoire un cierge bénit, rapporté de Kerfeuntun.

L’ayant allumé, elle le plaça devant l’image enluminée de saint Gildas, le navigateur merveilleux à l’auge de granit.

Dès les sept heures, par le ciel ennuagé, ce fut l’obscurité totale, et une pluie mêlée de grêle commença de mitrailler la chaumière secouée aux sautes de vent ; alors toute la maison semblait s’ébrouer comme un chien au sortir de l’eau.

— Quelle nuit épouvantable se prépare ! déclara Jean.

— Je ne pourrai pas dormir, déclara son frère. Comment ne pas songer tout le temps aux pauvres gens en danger !