Page:Gentillet - Discours sur les moyens de bien gouverner (Anti-Machiavel).djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


remarquables. Vous y pourrez voir, Monseigneur, plusieurs beaux exemples des Rois de France vos ancestres, & de plusieurs grands Empereurs, qui ont prosperé en leurs Estats, & qui ont heureusement gouverné leurs Royaumes & Empires, pour avoir eu gens de bien & sages en leur Conseil. Comme par le contraire, ceux qui se sont servis de mauvais conseillers & gouvernez par flateurs, ambitieux, avares, & surtout par estrangers, se sont toujours precipitez en quelque grand malheur, & ont mis leur Estat en bransle ou en ruine entiere, & leurs sujets en confusion & misere. Qui est une faute où les Princes se laissent bien souvent & facilement tomber, de laquelle neantmoins ils se deussent plus garder : veu qu'il est certain qu'en toutes choses le mauvais conseil est cause de maux infinis, & principalement és affaires d'un Prince & d'une Republique. C'est la principale & plus griefve maladie dont la pauvre France est aujourd'huy affligee, qui la mine & la ruine le plus : tellement qu'elle a bien besoin que vostre Excellence s'employe à appliquer les remedes necessaires pour la guerir. Vous pourrez aussi voir icy, Monseigneur, comme le devoir d'un bon Prince est d'embrasser & soustenir la Religion Chrestienne, & de chercher & s'enquerir de la pure verité d'icelle, & non pas approuver ni maintenir la fausseté en la Religion, comme Machiavel enseigne. Et quant à la Police, vostre Excellence y pourra voir aussi plusieurs notables exemples de vos progéniteurs Roys de France, & des plus grands & anciens Empereurs Romains, par lesquels