Page:George Péries- La Faculté de droit dans l'ancienne Université de Paris, (1160-1793), 1890.djvu/274

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


270 -

CHAPITRE II

Les Grades et les Examens (suite).

Description de quelques thèses de droit soutenues à Paris, conservées aujourd’hui.

Le nombre des feuilles de thèses qui nous sont parvenues est relativement très restreint, surtout si nous parlons des thèses de droit. Tout, en effet, contribuait à faciliter leur disparition : une feuille de papier est si facilement froissée, égarée, salie 1 Les gravures précieuses, qu’on pouvait respecter davantage, furent détachées par des collectionneurs maladroits, d*un texte qui ne leur importait guère et dispersées au hasard des héritages et sans souci d’un classement intelligent. La forme même de ces gravures s*opposait à un encadrement décoratif, etil fallait un goût spécial pour qu’on s’attachât à leur conservation. C’est un fait profondément regrettable, car le rassemblement de beaucoup de pièces de ce genre aurait été très instructif au point de vue de l’histoire de l’enseignement. Nous avons collationné toutes les feuilles de thèses qui sont actuellement connues à Paris, et nous les indiquons ici en signalant leur date, la dédicace, le nom du candidat et son grade, ainsi que ses examinateurs. 1736* ( ?)

Thèses utriusqne juris ex materia sortito ducta. Josephus Pellerin, Parisinus, Baccalaureus, die martis 12 Junii, anno Dom. 1736, à quintà ad octavam.

Nous en ivods ud exemple daos un discours ampoulé, adressé à la famiJJe d’ArgeotOD par ua de ses protégés : « Oratio in propugatione Thesecn uirituque juris H. Viro Marc : Ren. de Voyer de Paulmy, Marchioni d’Argenson, comili consistoriano, etc., habita à Francisco Vandermeulen clericoparisiensi, die 5* Septemttris anni 1742. Pro baccalaureatu* io Camemcenci JuHa auditorio. >* Celle plaquelle, proyenanl de la venle de l’abbé Bossuel, esl aujourd’hui eo possession de la Facullé de droit de Paris. — Une pièce analogue existe à TArseual (o» S519) ; elle esl adressée à Aoioine-Reoé de Voyer, marquis de Paulmy el d’Argensoo, par un capuciD de la pro-Tioce de Paris, pour offrir une Ihèse de théologie. Une riche reliure el des gardes moirées lémoigneol des ioleolions empressées des donataires. 1. M. DcsDoyers {Revue des Sociétés savantes. 1869, t. 1, p. 52) parle d’une Ihèse de 1796, qu’il avait alors en sa possession ; elle était signée de Cars, le graveur de la me Saint-Jacques, et dédiée h saint Antoine, avec cette inscription : « Oplimo pareotis palrono. »