Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
107
ESCAL-VIGOR

plus vous passer de moi que je pourrais me proscrire de votre présence… Tenez, même si vous vous étiez marié, j’aurais voulu vivre à votre foyer dans l’ombre, obscure, soumise, rien que votre humble servante… Oui, si vous le désirez, je ne serai plus que votre fidèle factotum… Ah ! monsieur Henry, prenez-moi avec vous ; vous verrez, je ne serai guère encombrante, je ne vous importunerai pas de ma personne, je m’effacerai autant que vous l’exigerez… D’ailleurs, je puis bien vous le dire, Henry, c’était le vœu de votre grand’mère, gardez-moi au moins, par égard pour la chère en allée…

Et, profondément remuée, Blandine éclata de nouveau en sanglots ; Kehlmark aussi se sentit ébranlé jusqu’au fond de l’âme.

Il attira doucement la jeune fille contre sa poitrine et la baisa fraternellement sur le front.

— Eh bien, qu’il soit fait selon ton désir ! murmura-t-il, mais puisses-tu ne jamais t’en repentir, ne jamais me reprocher ce fatal consentement !

En prononçant ces dernières paroles, sa voix tremblait et s’assourdissait comme sous la menace d’une inéluctable catastrophe.