Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
140
ESCAL-VIGOR

la lutiner du bout des doigts et jamais il ne lui avait pris un baiser.

Dès qu’elle entendait le trot du cheval et les jappements de son escorte de setters, Claudie accourait sur le seuil de la ferme, prenant presque plaisir à afficher son amour, tant elle était certaine du succès. Aussi commençait-on à parler beaucoup, aux veillées, des assiduités du Dykgrave.

Quoiqu’il fût acquis presque exclusivement au petit Guidon, le Dykgrave s’ingéniait à se faire bien voir de chacun. Il poussait même la magnanimité jusqu’à la coquetterie. En réponse aux diatribes et aux anathèmes du virulent pasteur, il répandait les aumônes, se ruinait en dons de vêtements et de vivres pour les pauvres soutenus directement par la cure. Le dominé distribuait l’argent et les autres aumônes, mais ne désarmait point pour cela.

Plus d’une fois les amis d’Henry, les pêcheurs de crevettes et les coureurs de grèves de Klaarvatsch s’offrirent à mettre le dominé à la raison ; cinq d’entre eux notamment employés en permanence au château, sorte de gardes du corps de Kehlmark. Petits fils de naufrageurs, diguiers intermittents, pillards