Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/180

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
172
ESCAL-VIGOR

Je ne voudrais vous contrarier en rien… mais votre réputation, votre nom illustre, me sont plus chers et sacrés que ma propre conscience… C’est mon grand amour seul qui me dicte mes paroles. Ah Henry, si vous saviez !…

Et les sanglots l’empêchèrent de continuer.

— Blandine, dit avec plus de douceur le Dykgrave, compatissant à cette douleur, que vous prend-il ? Encore une fois, je ne vous comprends point… Expliquez-vous, enfin…

— Eh bien, monsieur le comte, non seulement les gens du village se moquent de votre étrange affection pour ce petit pâtre, mais d’aucuns vont jusqu’à prétendre que vous le détournez de ses devoirs envers les siens… Et que n’invente-t-on encore ! Bref, tout le monde voit d’un mauvais œil que vous choyiez ainsi un misérable petit vacher…

— Et vous-même, n’avez-vous point gardé les vaches ! Que vous voilà fière ! dit cruellement le Dykgrave.

— Je suis fière de vous appartenir, monsieur le comte ; puis, la comtesse…

Blandine hésita.

— Ma grand’mère ? interrogea le comte.