Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
185
ESCAL-VIGOR

d’une Notre-Dame des sept Douleurs, si je meurs fou tu pourras te vanter d’avoir été la principale éteigneuse de mon intelligence…

Voilà près d’un an que tu m’espionnes, que tu me contraries, que tu m’obsèdes et que tu me brûles le cœur à petit feu, sous prétexte de m’aimer…

— Pourquoi m’avez-vous séduite ? lui demanda-t-elle.

— Te séduire ? Tu n’étais pas vierge ! eut-il la méchanceté de lui répondre.

— Fi, monsieur ! En me parlant ainsi, vous êtes plus brutal que le pauvre hère qui abusa de moi. Vous êtes plus coupable que lui, car vous m’avez possédée sans joie et sans bonté !

— Oh pourquoi ?

— Je voulais me changer, me vaincre, avoir raison de mes répugnances invétérées… Tu es même la seule femme que j’aie possédée ; la seule qui ait presque parlé à ma chair.