Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
190
ESCAL-VIGOR

du. Je suis le plus monstrueux des hommes ! Mais alors, Blandine, n’es-tu pas toi-même un monstre de t’attacher à un être tel que moi !

Et qui sait, ricana le malheureux avec un sardonisme de supplicié, si ce n’est pas mon exception, ma prétendue anomalie qui flatte tes imaginations ! Qui me garantira que dans ton dévouement n’entre pas un peu de perversion génésique, comme disent les savantasses ; un peu de cette volupté de souffrance qu’ils ont appelée de ce joli nom : masochisme ! Dans ce cas, ta belle abnégation ne représenterait que folie et maladie pour les uns, que crime et turpitude pour les autres ! Ô la vertu ! Ô la santé ! Où êtes-vous ?

Jamais encore il ne l’avait entreprise avec un pareil acharnement.

— Hélas ! songeait-elle, dire que c’est moi qui le désespère ainsi ! Moi qui ne sais plus quoi donner pour lui ; moi qui ai consenti, pour acheter son repos, à vivre, et de quelle vie, Seigneur !

— Henry, mon Henry, le supplia-t-elle, tais-toi, mon Dieu, tais-toi ! Dis, que veux-tu que je fasse ? Je ne suis que ta servante, ton esclave. Qu’as-tu encore à me reprocher ?

— Ton mépris, tes grimaces, tes airs de sainte