Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
13
ESCAL-VIGOR

Malgré la popularité des Kehlmark dans le pays, ces derniers vingt ans le domaine était demeuré inhabité. Les parents du comte actuel, deux êtres jeunes et beaux, s’y étaient aimés au point de ne pouvoir survivre l’un à l’autre. Henry y était né quelques mois avant leur mort. Sa grand’mère paternelle le recueillit, mais ne voulut plus remettre le pied dans cette contrée, à l’atmosphère et au climat capiteux de laquelle elle attribuait la fin prématurée de ses enfants. Kehlmark fut élevé sur le continent, dans la capitale du royaume de Kerlingalande, puis, sur les conseils des médecins, on l’avait envoyé étudier dans un pensionnat international de la Suisse.

Là-bas, à Bodemberg Schloss[1] où s’était écoulée son adolescence, Henry représenta longtemps un blondin gracile, légèrement menacé d’anémie et de consomption, la physionomie réfléchie et concentrée, au large front bombé, aux joues d’un rose mourant, un feu précoce ardant dans ses grands yeux d’un bleu sombre tirant sur le violet de l’améthyste et la pourpre des nuées et des vagues au couchant ; la tête trop forte écra-

  1. Voir Climatérie dans Mes Communions.
2