Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
233
ESCAL-VIGOR

croyait s’engager à rien.

En ce cas, je cours faire publier nos bans ! exulta Landrillon, sachant, mieux que la pataude, à quoi s’en tenir sur les velléités matrimoniales de son ancien maître. Saint Olfgar te soit secourable ! ajouta-il en ricanant, comme elle se retirait, persuadée de sa conquête.


Le Dykgrave reçut Claudie avec beaucoup de dignité et de déférence. Son air de mélancolie sereine en imposa d’abord à la visiteuse. Elle finit tout de même par lui dire sans précautions oratoires l’objet de sa démarche.

Kehlmark ne la rebuta point. Il l’interrompit d’un geste distant et la remercia avec un sourire qui parut à la grossière paysanne un défi, une moquerie, incapable qu’elle était d’y scruter un immense, un tragique renoncement.

— Vous riez, protesta-t-elle rageuse, mais songez donc, monsieur le comte, que tout comte que vous êtes, je vous vaux bien… Les Govaertz, établis depuis aussi longtemps dans Smaragdis que les Kehlmark, sont presque aussi nobles que leurs seigneurs.

Mais se faisant subitement câline et suppliante :