Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
244
ESCAL-VIGOR

versaire. Nous finirions par nous quereller ou du moins par ne plus si bien nous entendre. Jamais je ne me suis senti si irritable et si navré. On dirait d’un urticaire moral. Ces miasmes de folie bestiale saturent jusqu’à notre retraite. Mieux vaut encore les affronter à l’air du large. Puis, comme nous partons demain, ce sera ma dernière promenade dans Smaragdis, mes adieux à l’île natale où je souffris tant, mais pour aimer, jouir encore davantage, me reconnaître en toi…

Kehlmark tenta donc vainement de le détourner de cette flânerie. Guidon semblait aimanté par une force occulte qui l’appelait impérieusement au dehors.

Sans méfiance, le fils Govaertz s’était attardé sur le champ de foire, à badauder avec d’anciens camarades. L’idée qu’il allait les quitter pour toujours leur prêtait un nouvel attrait. Il s’en fut tirer à l’arc, à la perche et au berceau, jouer aux quilles et au palet ; courut lutter nu jusqu’à la ceinture avec ceux de Klaarvatsch, s’amusant à ces étreintes courtoises et même cordiales, à ces tièdes corps à corps ; il fut « tombé » quelquefois, il en tomba d’autres, souriant de sa force, de sa grâce souple, oubliant en ce moment les joies profondes de l’es-