Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
27
ESCAL-VIGOR

s’esquivant, intacte. Ou s’il lui arriva de rendre furtivement une caresse, de tolérer quelque privauté anodine, elle se reprenait au moment critique, rappelée à la sagesse par son rêve d’un glorieux établissement.

Aussitôt qu’elle eut vu Henry de Kehlmark, elle se jura de devenir châtelaine de l’Escal-Vigor.

Henry était beau cavalier, célibataire, fabuleusement riche à ce qu’on prétendait, et aussi noble que le Roi. Coûte que coûte il épouserait cette altière femelle. Rien de plus facile que de se faire aimer de lui. N’avait-elle pas fait tourner la tête à tous les jeunes villageois ? À quelles extrémités les plus huppés ne se seraient-ils pas résolus pour la conquérir ? Il ferait beau voir qu’un homme la refusât si elle consentait à se livrer à lui.

Claudie savait déjà, pour l’avoir entrevue dans le parc ou sur la plage, que le comte était accompagné d’une jeune femme, sa gouvernante ou plutôt sa maîtresse. Ce concubinage avait même mis le comble à la sainte indignation du dominé Bomberg ! Mais Claudie ne s’inquiétait pas outre mesure de la présence de cette personne. Kehlmark ne devait pas en faire grand cas. À preuve que la demoiselle ne s’était pas même montrée à table.