Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
31
ESCAL-VIGOR

tières. On ne s’en amusa que mieux après leur départ.

Le comte, qui dessinait et peignait comme un artiste de profession, se plut, au café, à croquer un très pimpant médaillon de Claudie, qu’il lui offrit après qu’on l’eut fait circuler à la ronde, pour l’émerveillement des naturels de plus en plus ravis par la rondeur de leur jeune Dykgrave. Michel Govaertz, particulièrement, était aux anges, flatté des attentions du comte pour son enfant préférée. Tout le temps Henry avait trinqué avec elle, et il ne cessait de la complimenter sur son costume : « Il vous sied à ravir, disait-il. Combien vous vous imposez plus naturellement sous ces atours que cette dame, là-bas, qui se fait habiller à Paris ! » Et il lui désignait du regard une baronne très compassée et fagotée, assise à l’autre bout de la table, et qui, flanquée de deux désinvoltes loups de mer, ne s’était point départie, depuis le potage, d’une moue dégoûtée et d’un silence plein de morgue.

— Peuh ! avait répondu Claudie, vous voulez rire, monsieur le comte. C’est bien que vous nous ayez prescrit le costume du pays, sinon je me serais aussi vêtue comme nos dames d’Upperzyde.

— Je vous en conjure, reprit le comte, gardez-