Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
30
ESCAL-VIGOR

nement auquel se livrait la gaillarde ne manquait pas de logique : « S’il s’est laissé engluer et dominer par cette pimbêche, combien il serait plus vite subjugué par une vraie femme ! »

Et les façons d’Henry n’étaient point faites pour la décevoir. Il se montra tout le temps d’une gaîté fébrile, presque la gaîté d’un penseur trop absorbé qui cherche à s’étourdir ; il lutinait et agaçait sa voisine de table avec une telle persistance, que celle-ci se crut déjà arrivée à ses fins. Ce laisser-aller de Kehlmark acheva de scandaliser les quelques hobereaux invités à ces excentriques agapes, mais ils n’en firent rien paraître, et, tout en se gaussant intérieurement de cette réunion saugrenue, à laquelle ils avaient consenti d’assister par égard pour le rang et la fortune du Dykgrave, en sa présence ils affectèrent de trouver l’idée de cette crémaillère souverainement esthétique, et se récrièrent d’admiration. Nous laissons à penser en quels termes ils racontèrent cette inconvenante mascarade au dominé et à sa femme, dont, avec deux ou trois bigotes, ces nobilions gourmés et collet monté formaient les seules ouailles. L’un après l’autre ils demandèrent leur voiture et se retirèrent furtivement avec leurs prudes épouses et héri-