Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
38
ESCAL-VIGOR

Claudie qui béait devant cette peinture presque avec des yeux de badaude, habituée des exécutions capitales.

— Pauvres enfants ! remarqua la grosse fille. Ils s’embrassent comme des amoureux…

— Ils s’aimaient bien ! murmura Kehlmark comme s’il eût dit amen. Et il entraîna plus loin sa compagne. Comme elle constatait naïvement la profusion de statues et d’académies d’hommes parmi les tableaux et les marbres : « En effet, ce sont des machines comme il s’en trouve à Upperzyde et dans d’autres musées !… Cela meuble ! Faute de modèles je travaille d’après cela ! » répliqua Kehlmark, et cette fois d’un ton indifférent, contrefaisant, aurait-on dit, les intonations profanes de ceux qu’il pilotait.

Moquait-il ses invités ou se surveillait-il lui-même ?

Selon la mode villageoise, on s’était mis à table à midi.

Il était neuf heures et le soir tombait.

Tout à coup on entendit sonner et ronfler des cuivres.

Des torches se rapprochèrent avec des rythmes de sérénades foraines et projetèrent, dans la pénombre des salons, un rougeoiement d’aurore boréale.