Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
47
ESCAL-VIGOR

Paroles bien évasives et qui n’engageaient à rien, mais en les prononçant Henry ne put se défendre de tourner un instant les yeux vers le pastoureau, et dans ce regard celui-ci lut ou du moins crut lire un engagement bien plus sérieux que celui contenu dans les termes mêmes. Le pauvret en ressentit une joie pleine d’espérance et de balsamique augure. Jamais on ne l’avait regardé ainsi, ou plutôt jamais il n’avait lu tant de bonté dans une physionomie. Mais le jeune réfractaire se trompait sans doute ! Le comte aurait été bien fou de s’intéresser à un paroissien si fallacieusement recommandé par le fermier des Pèlerins. Qui songeait encore à s’empêtrer de ce sauvageon, de cette mauvaise graine ?

— Pourvu que Claudie ne lui dise point trop de mal de moi ! songeait le petit berger, souffrant de voir le Dykgrave entraîné et pris à l’écart par la terrible sœur. Mais Kehlmark se retira pour donner des ordres à Blandine. On servit à boire aux musiciens. Lorsque le comte revint trinquer avec eux, comment se fit-il qu’il omit de choquer son verre contre celui que lui tendait — oh si dévotement ! — le fils du bourgmestre Govaertz ? Celui-ci en éprouva un moment de tristesse, mais se re-