Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
65
ESCAL-VIGOR

d’eux la mettra sur son chemin et rattrapera le « pays des roses » à l’étape suivante. Mais la petite remercie ce garçon. Inutile qu’il se dérange. Elle regagnera bien toute seule la chaumière paternelle. Des fois, les jours de marché, elle rentre plus tard encore et par quels temps et quels chemins ! Le drille obligeant se borne donc à lui indiquer la route à prendre.

— Écoute, petite, tu traverseras la bruyère que voilà en obliquant de droite à gauche ; tu arriveras à une sapinière que tu laisseras à ta droite…

Blandine ne l’écoute guère, la voix n’arrive même plus jusqu’à elle, car elle s’est éloignée d’un pas délibéré. Bonsoir à tous ! leur a-t-elle crié avec assurance. Leur réponse se perd dans les claquements du fouet et le fracas du « pays de roses » se remettant en marche.

Jamais Blandine n’avait eu peur. Puis, ce soir tout le pays n’est-il pas en joie ? Qui songerait à faire du mal à une enfant ?

Tout à l’heure, à table, après la ventrée, on a raconté, pourtant, force aventures terrifiantes ou affligeantes. Ainsi quelqu’un s’étant étonné qu’un certain Ariaan, dit le Roi des Vanneurs, longtemps au service d’un fermier de la paroisse, n’était pas