Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
66
ESCAL-VIGOR

de la partie, un des camarades de l’absent apprit à la compagnie que le gaillard avait mal tourné depuis leur fête dernière, même si mal que son patron n’avait pas cru devoir attendre la Saint-Pierre nouvelle ou la date sacramentelle pour se priver de ses services. Malgré ses talents, le roi des Vanneurs avait été congédié d’urgence pour avoir fait la concurrence aux fouines, belettes, putois et autres amateurs de poules. N’ayant pas trouvé de maître à qui louer ses bras, sans doute devait-il être hébergé pour l’instant dans l’un ou l’autre des ces asiles que la générosité de l’État ouvre aux pieds-poudreux.

La tablée s’était apitoyée pour la forme, non sans bâiller et s’étirer, sur la guigne d’un ancien compagnon, d’un boute-en-train, une belle fourchette et le reste ! Mais, comme l’avait fait observer l’un des gars, en rallumant sa pipe, ce n’était pas le moment de brasser mélancolie et, se rangeant à son avis, ils s’étaient empressés de deviser d’autre chose.

Comment se fait-il qu’en traversant la bruyère, la petite Blandine se remémore obstinément la mésaventure du Roi des Vanneurs ? Quoique Ariaan ne soit pas tout à fait un inconnu pour elle,