Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
90
ESCAL-VIGOR

froids, de subits recroquevillements. Des réactions continuelles écartelaient son caractère. N’importe, dès la première apparition de Kehlmark, elle s’était sentie en présence d’un être mystérieux en qui parlait une voix inconnue dont elle resterait à jamais anxieuse ; elle s’était vouée à lui, sans espoir de salut, comme à un dieu qui la reléguerait éternellement loin de son paradis, et quand elle le regardait il y avait dans ses yeux à elle l’expression de ceux des martyrs cherchant vainement à travers les nues le vol d’anges qui tardent à venir les enlever. Et pourtant, elle ignorait encore les rites et les pires épreuves de la religion d’amour à laquelle elle s’était consacrée.