Page:Georges Feydeau - La dame de chez Maxim.djvu/65

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Madame Petypon, les bras toujours passés sous les aisselles de Petypon.

C’est que tu es un peu lourd !


Petypon, face au public, ainsi que madame Petypon, derrière lui, d’une voix mourante.

Ça ne fait rien !… Aha !… Tourne-moi au nord !… Tourne-moi au nord !


Madame Petypon, abasourdie, tournant son mari face à Mongicourt.

Au nord ?… où ça le nord ?


Petypon, vivement, en même temps que d’un coup de reins il la ramène face à l’avant-scène gauche.

Non ! ça, c’est le midi !… Dans ces crises, il faut tourner au nord !… Aha !… Tourne-moi au nord !


Madame Petypon, s’énervant.

Mais, est-ce que je sais où il est, le nord !


Petypon.

En face du midi !


Madame Petypon.

Oh ! Asseyons-nous ! je n’en peux plus ! (Sans se retourner et par-dessus l’épaule.) Monsieur Mongicourt ! avancez-moi le pouf qui est derrière vous !


Petypon, criant.

Non, pas de pouf !


Madame Petypon.

Mais c’est pour nous asseoir.


Petypon, de même.

Je veux rester debout !… Aha !… Mongicourt, tu