Page:Georges Feydeau - La dame de chez Maxim.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Mongicourt (2), à Madame Petypon, qui se dirige vers la table pour y déposer la tasse.

Et il est venu, le séraphin ?


Madame Petypon, simplement.

Je l’attends !


Petypon (1), gouailleur.

Eh bien ! tu as le temps d’attendre !


Voix de la Môme, dans la pièce du fond, comme une personne qui en a assez.

Oh ! la, la ! la, la !


Petypon, bondissant, à part.

Nom d’un chien, la Môme !

Il remonte vivement, à toute éventualité, près de la baie. Mongicourt prend le no 1.

Voix de la Môme.

Oh ! ben, zut, quoi ?… Ça va durer longtemps ?


Petypon, voyant sa femme qui prête l’oreille, donnant beaucoup de voix pour couvrir celle de la Môme.

Ah !… Ha-ha !… Alors, tu crois aux apparitions, toi ?… Mongicourt ! elle croit aux apparitions !… Aha ! ah ! (Bas et vivement.) Mais, dis donc quelque chose, toi !


Mongicourt, même jeu.

Ah !… Ha-ha ! Madame croit aux apparitions !


Tous deux.

Aha ! elle croit aux apparitions ! Aha !


Madame Petypon, d’une voix impérative.

Taisez-vous donc ! On a parlé par là !