Page:Georges Feydeau - La dame de chez Maxim.djvu/73

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




Scène VIII

Les Mêmes, ÉTIENNE.



Étienne, avec un citron dans une soucoupe, surgissant porte pan coupé droit et descendant à droite de la table.

Voilà le citron !


Madame Petypon, sursautant.

Chut donc !


Petypon, à part.

Étienne, nom d’un chien !


Étienne, effaré, en apercevant l’apparition sur le lit.

Ah !… Eh ! ben, quoi donc ?


Madame Petypon, toujours à genoux, impérative.

Taisez-vous ! et à genoux !


Étienne, les yeux toujours fixés sur la Môme.

Oh ! mais, qu’est-ce qu’il y a sur le lit ?


Madame Petypon, gagnant sur les genoux jusqu’au coin de la table et avec une pieuse admiration.

Est-il possible ! Quoi, vous aussi, vous voyez ?


Étienne, descendant presque devant la table, sans quitter l’apparition des yeux.

Eh ! ben, oui ! Je vois là comme une espèce de loup-garou !…


Madame Petypon, scandalisée.

Malheureux ! c’est un séraphin !… Rendez grâce au ciel, qui vous met au nombre de ses élus !… Ce