Page:Gervaise de Latouche - Le Portier des Chartreux, 1889.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 10 —

dans tout mon corps, je sortis, j’allai chercher Suzon. Le soleil venait de se coucher, la brune s’avançait : je me flattais qu’à la faveur de l’obscurité que la nuit allait répandre je serais dans un moment au comble de mes désirs, si je la trouvais. Je l’aperçus de loin qui cueillait des fleurs. Elle ne pensait pas alors que je méditais de cueillir la fleur la plus précieuse de son bouquet. Je volai à elle ; la voyant livrée toute entière à une occupation aussi innocente, je balançai dans le moment si je lui ferais connaître mon dessein. À mesure que j’approchais, je sentais ralentir la vivacité de ma course. Un tremblement soudain semblait me reprocher mon intention : je croyais devoir respecter son innocence ; je n’étais retenu que par l’incertitude du succès. Je l’abordai, mais avec une palpitation qui ne me permettait pas de dire deux mots sans reprendre haleine. — Que fais-tu donc là, Suzon ? lui dis-je en m’approchant d’elle. Et voulant l’embrasser, elle s’échappa en riant et me répondit : Comment ! ne vois-tu pas que je cueille des fleurs ? — Ah ! ah ! repris-je, tu cueilles des fleurs ? — Eh ! vraiment oui, me répliqua-t-elle ; ne sais tu pas que c’est demain la fête de ma marraine ? Ce nom me fit trembler, comme si j’eusse craint que Suzon ne m’échappât. Mon cœur s’était déjà fait (si j’ose me servir de ce terme) une habitude de la regarder comme une conquête sûre ; et l’idée de son éloignement semblait me menacer de la perte d’un plaisir que je