Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 12.djvu/491

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ptolémée, de Théophraste, et des Pères de l’Église grecque. Un marchand de Florence, qui gouvernait la république sans titre et sans armes, imita l’exemple du pontife romain. [Côme et Laurent de Médicis. A. D. 1428-1492.] Côme de Médicis[1] fut la tige d’une suite de princes ; son nom et son siècle sont intimement lies avec l’idée du rétablissement des sciences. Son crédit devint de la renommée ; ses richesses furent consacrées à l’avantage du genre humain ; ses correspondances s’étendaient du Caire à Londres, et le même vaisseau lui rapportait souvent des livres grecs et des épiceries de l’Inde. Le génie et l’éducation de son petit-fils Laurent en firent non-seulement le protecteur, mais un membre et un juge de la littérature. Le malheur trouvait dans son palais un secours, et le mérite une récompense ; l’académie platonicienne faisait le charme de ses loisirs ; il encouragea l’émulation de Démétrius Chalcocondyles et d’Ange Politien ; et Jean Lascaris, son zélé missionnaire, rapporta de l’Orient deux cents manuscrits, dont quatre-vingts étaient inconnus alors aux bibliothéques de l’Europe[2]. Le même

  1. Voyez l’Histoire littéraire de Cosme et de Laurent de Médicis dans Tiraboschi (t. VI, part. I, l. I, c. 2), qui distribue de justes éloges à Adolphe d’Aragon, roi de Naples, aux ducs de Milan, de Ferrare, d’Urbin, etc. La république de Venise est celle qui a le moins de droits à la reconnaissance des savans.
  2. Tiraboschi (t. VI, part. I, p. 104), extrait de la Préface de Jean Lascaris à l’Anthologie grecque, imprimée à Florence en 1494. Latebant (dit Alde dans sa Préface aux