Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 13.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


furent une députation du divan, chargée de solliciter la paix, de racheter les prisonniers et d’évacuer la Servie et la frontière de Hongrie. Par ce traité conclu dans la diète de Segedin, le roi, le despote et Huniades, obtinrent tous les avantages publics et particuliers qu’ils pouvaient raisonnablement désirer. On convint d’une trêve de dix ans ; les disciples de Jésus-Christ et ceux de Mahomet jurèrent sur l’Évangile et sur le Koran ; ils invoquèrent également le nom de Dieu comme le protecteur de la vérité et le vengeur du parjure. Les ambassadeurs turcs proposèrent de substituer à l’Évangile l’eucharistie et la présence réelle du Dieu des catholiques ; mais les chrétiens refusèrent de profaner leurs saints mystères. Une conscience superstitieuse se sent beaucoup moins retenue par le serment en lui-même, que par les formes extérieures et visibles dont on se sert pour le garantir[1].

Infraction du traité de paix. A. D. 1444.

Durant toute cette transaction qu’il désapprouvait, le cardinal légat, trop faible pour s’opposer seul à la volonté du peuple et du monarque, observa un morne silence ; mais la diète n’était pas encore rompue lorsque Julien apprit, par un envoyé, que le Caramanien était entré dans l’Anatolie, et que l’em-

  1. Voyez l’origine de la guerre des Turcs et la première expédition de Ladislas, dans les cinquième et sixième livres de la troisième Décade de Bonfinius, qui imite avec assez de succès le style et la division de Tite-Live. Callimaque (l. II, p. 487-496) est cependant plus pur et plus authentique.