Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 7.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


après la mort de Sidonius-Apollinaris, et leurs situations eurent beaucoup de ressemblance ; ils prirent tous deux naissance en Auvergne, et furent successivement l’un et l’autre sénateurs et évêques. La différence de leur style et de leurs sentimens peut par conséquent servir à prouver la décadence de la Gaule, et montrer combien l’esprit humain perdit en peu de temps de son énergie et de son élégance[1].

Priviléges des Romains dans la Gaule.

Nous sommes maintenant assez instruits pour rejeter les faux exposés qui ont, peut-être à dessein, diminué ou exagéré les vexations souffertes par les Romains de la Gaule sous le règne des Mérovingiens. Les conquérans ne publièrent jamais l’édit de servitude ou de confiscation générale ; mais des peuples dégénérés, qui déguisaient leur faiblesse sous les

    évêque de Tours en 673, et mourut en 593 ou 595, peu de temps après qu’il eut fini son histoire. Voyez sa Vie, par Odon, abbé de Clugny, t. II, p. 129-135, et une nouvelle Vie dans les Mém. de l’Acad., etc., t. XXVI, p. 598-637.

  1. Decedente atque immo potius pereunte ab urbibus gallicanis liberalium culturâ literarum, etc. In præf., t. II, p. 137. Telles sont les plaintes de saint Grégoire lui-même, qu’il justifie par ses propres ouvrages. Son style manque également d’élégance et de simplicité. Dans un rang distingué il fut toujours étranger à son siècle et à son pays ; et dans un ouvrage prolixe, dont les cinq derniers livres ne contiennent que l’espace de dix années, il a omis presque tout ce qui peut exciter la curiosité des générations suivantes. J’ai acquis, par un jugement long et fastidieux, le droit de prononcer ce jugement défavorable.