Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 7.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Code des Visigoths.

Un des conciles législatifs de Tolède examina et ratifia le code de lois composé sous une succession de princes goths, depuis le règne du féroce Euric jusqu’à celui du pieux Égica. Tant que les Visigoths conservèrent les mœurs simples et antiques de leurs ancêtres, ils laissèrent à leurs sujets de l’Espagne et de l’Aquitaine la liberté de suivre les usages des Romains. Le progrès des arts, de la politique et enfin de la religion, les engagea à supprimer ces institutions étrangères, et à composer sur leur modèle un code de jurisprudence civile et criminelle, à l’usage général d’un peuple considérable et uni sous le même gouvernement ; toutes les peuplades espagnoles obtinrent les mêmes priviléges, et contractèrent les mêmes obligations. Les conquérans renoncèrent insensiblement à l’idiome teutonique, se soumirent aux gênes salutaires de la justice, et firent partager aux Romains les avantages de la liberté. La situation de l’Espagne, sous les Visigoths ajoutait au mérite de cette administration impartiale. Les souverains attachés à l’arianisme avaient été long-temps séparés de leurs sujets par la différence irréconciliable de la religion ; et lors même que la conversion de Recarède eut fait cesser les scrupules des catholiques, les empereurs d’Orient

    la constitution de l’Espagne. Les passages suivans sont particulièrement importans : l. III, 17, 18 ; IV, 75 ; V, 2, 3, 4, 5, 8 ; VI, 11, 12, 13, 14, 17, 18 ; VII, 1 ; XIII, 2, 3, 6. J’ai trouvé des renseignemens très-utiles dans Mascou, Histoire des anciens Germains, XV, 29, et les notes 26 et 33 ; et dans Ferreras, Hist. générale de l’Espagne, t. II.