Page:Gide - Principes d’économie politique.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


V

LES DIVERSES ÉCOLES AU POINT DE VUE DE LA MÉTHODE.


On appelle « méthode », dans le langage scientifique, le chemin qu’il faut suivre pour arriver à la découverte de la vérité.

L’école classique, surtout telle qu’elle est personnifiée dans Ricardo, a suivi de préférence la méthode déductive. Celle-ci part de certaines données générales, admises comme indiscutables, pour en déduire par voie de conséquence logique une série indéfinie de propositions. La géométrie peut être citée comme le type des sciences qui emploient la méthode déductive. On peut citer aussi, comme exemple familier à des étudiants en droit, le droit lui-même, surtout le droit romain, dans lequel on voit le jurisconsulte, partant de quelques principes posés par la loi des Douze-Tables ou par le jus gentium, construire tout ce prodigieux monument qui s’appelle les Pandectes. De même dans la science économique, l’école classique est partie d’un axiome fameux, à savoir « que l’homme cherche en toute occasion à se procurer le maximum de satisfaction possible avec le minimum de peine » et de quelques autres principes tels que le rendement non proportionnel du sol, et elle en a déduit une série de corollaires qui constituent encore à ce jour toute la charpente de la science économique.

L’école nouvelle, dite historique ou réaliste, suit et recommande la méthode inductive. C’est celle que Bacon a introduite dans les sciences physiques et naturelles depuis quelques siècles, et qui a donné de si merveilleux résultats. C’est celle qui part de l’observation de certains faits particuliers pour s’élever à des propositions générales, — par exemple, du fait que tous les corps tombent à la loi de la gravitation. Dans le domaine économique, cette méthode consistera dans l’observation patiente et accumulée de tous les faits sociaux,