Page:Gide - Principes d’économie politique.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


absolu : il n’est pas une chose au monde, même parmi les produits de la nature, à plus forte raison parmi les produits de l’industrie humaine, dont la quantité soit si rigoureusement déterminée qu’on ne puisse l’accroître en y prenant peine. Quand on dit que les diamants sont rares, on n’entend point dire que la nature n’en a jeté dans la circulation qu’un nombre d’exemplaires déterminé et qu’après cela elle a brisé le moule on veut dire simplement qu’il faut beaucoup de peine ou beaucoup de chance pour en trouver et que par conséquent la quantité existante ne peut s’accroître que difficilement. Quand on dit que les chronomètres sont rares, on n’entend point dire qu’il n’en existe de par le monde qu’un certain nombre d’exemplaires numérotés : on peut en produire un nombre indéfini, mais comme la fabrication d’un bon chronomètre exige un temps considérable et une habileté spéciale, la quantité se trouve limitée par le temps et le travail disponible. Il serait même téméraire d’affirmer que les tableaux de Raphaël soient en nombre absolument limités car il n’est pas impossible qu’on ne parvienne, un jour ou l’autre, à découvrir dans quelque grenier ou quelque vieille église d’autres que ceux que nous connaissons.

Et alors même que la quantité existante ne serait pas modifiée en fait, la simple possibilité d’accroître cette quantité à volonté — par exemple, la découverte d’un chimiste pour cristalliser le carbone en diamant, même avant d’avoir reçu aucune application industrielle — suffirait pour agir comme réfrigérant sur le désir et sur la valeur.

En résumé donc, à cette question : quelle est la cause de la valeur ? nous devons renoncer à répondre par un seul mot, mais nous dirons :

Les choses ont plus ou moins de valeur, suivant que nous les désirons plus ou moins vivement.

Nous les désirons plus ou moins vivement, suivant qu’elles sont en quantité plus ou moins insuffisante pour nos besoins.

Elles sont en quantité plus ou moins insuffisante, suivant qu’il nous est plus ou moins difficile de les multiplier.