Page:Gide - Principes d’économie politique.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


s’évanouit) le coût de production et la valeur du produit tendent toujours à coïncider.


VI

LE PHÉNOMÈNE DE LA RENTE.

Nous venons de dire que, sous la pression de la concurrence, la valeur des produits et le coût de production tendent à s’égaliser. Mais voici une curieuse exception à cette règle qui se présente dans certains cas et constitue une des propositions les plus célèbres de l’économie politique.

Considérons quelques centaines de sacs de blé vendus sur un marché. Il est évident qu’ils n’ont pas tous été produits dans des conditions identiques ; les uns ont été obtenus à force d’engrais et de travail, les autres ont poussé comme d’eux-mêmes sur un terrain fertile ; ceux-ci arrivent de San-Francisco après avoir doublé le cap Horn, ceux-là viennent de la ferme voisine. Si donc chaque sac portait, inscrit sur une étiquette, son coût de production, on n’en trouverait pas deux peut-être sur lesquels on pût lire le même chiffre supposons, par exemple, que leurs prix de revient soient échelonnés de 10 à 20 fr.

Mais nous savons d’autre part qu’il ne saurait jamais y avoir qu’un seul et même prix sur un marché pour des produits similaires (Voy. p. 74). Le prix de vente de tous ces sacs de blé sera donc le même. Alors, comment — les prix de revient étant tous différents et les prix de vente étant identiques — la coïncidence entre le prix de vente et les prix de revient peut-elle s’établir ?

Voici la réponse : la coïncidence aura lieu seulement entre le prix de vente et le prix de revient du sac qui a coûté le plus à produire, soit 20 fr. dans l’exemple que nous avons pris. La raison en est bien simple il faut que le prix de vente soit au moins suffisant pour rembourser les frais du vendeur malheu-