Page:Gide - Un esprit non prévenu, 1929.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

ressorts de la conduite des hommes, mais bien de brasser profondément celle-ci.

L’imagination permet seule la sympathie. On dit de quelqu’un qu’il a le cœur sec lorsque, incapable d’imaginer des maux qu’il n’éprouve pas par lui-même, il ne saurait y compatir.

La vraie bonté présuppose la faculté d’imaginer les souffrances et la joie d’autrui comme siennes. Sans imagination, il peut y avoir de la faiblesse, de la philanthropie théorique ou pratique, mais pas de vraie bonté.