Page:Gide - Un esprit non prévenu, 1929.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

renseigne ; mais je me refuse à y voir plus qu’un travail préalable. Celui qui s’y tiendrait ne peut plus vivre ; et c’est bien parce qu’il ne vivait plus que Proust lui-même a pu s’y livrer. Le public a marqué devant cette analyse, un peu de cette stupeur ébaubie qu’il éprouve devant la lentille du microscope : « Quoi ! c’est là ce que j’ai dans le sang !… ce qu’il y a dans l’eau que je bois !… dans le vinaigre ! » Mais il nous gênerait beaucoup de voir toujours le monde à cette échelle ; et, de même, l’art ne se satisfait point d’une si minutieuse et tatillonnante vérité. Tout comme la vie, il passe outre. Ce qui m’intéresse et m’importe, c’est un art qui permette, non d’éclairer dans l’infini détail les