Page:Gide - Un esprit non prévenu, 1929.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

taines de ses notations les plus subtiles, les plus neuves et les plus hardies, par exemple :

Tremblante pour un fils que je n’osais trahir.

le « que je n’osais trahir » d’un raccourci admirable où Phèdre, comme malgré soi, laisse entendre que son amour pour Hippolyte a pris le pas sur les sentiments maternels au point de se les sacrifier — cette trouvaille a manifestement été inspirée à Racine par une certaine exigence rythmique et par la nécessité du vers.

Je reprendrai volontiers le titre de La Bruyère comme déjà La Bruyère avait repris celui de Théophraste ;