Page:Gide - Un esprit non prévenu, 1929.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

gence de la sincérité. Il écrit, sitôt après avoir exagéré son admiration pour la dernière pièce de Rostand :

« Dans la loge de Coquelin je dis à Rostand : — J’aurais été bien heureux si nous avions pu être décorés le même jour. Puisque cela n’est pas possible, je vous assure que je vous félicite sans envie. »

Et il ajoute :

« Ça, ce n’est pas vrai ; et voilà qu’en écrivant ces lignes, je me mets à pleurer » !! Et plus bas, après avoir insisté à plaisir sur la bonne qualité de son envie, il tire arrière : « Voilà qui est exagéré. Ah ! peut-être que jamais l’homme n’a dit un seul mot vrai ! » Au lieu de constater ingénument qu’il n’est pas de sentiment si