Page:Gide - Un esprit non prévenu, 1929.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

au contraire, à comprendre trop bien trop d’opinions et des façons de voir trop diverses, la constance se perd et l’esprit s’égare dans une inquiète versatilité. Si Maurras était moins sourd, peut-être ne serait-il pas si fidèle ; mais il advient souvent que la constance précède et entraîne une sorte de surdité.

Si je crois ou si je ne crois pas ?

Que vous importe ?

Et que m’importe à moi-même ?

Il ne m’est pas plus possible de penser sincèrement votre crédo, que de croire à la rotation du soleil autour de la terre. Mais j’ai connu, croyant, votre « état d’âme ». Et ego… Je sais