Page:Gide - Un esprit non prévenu, 1929.djvu/54

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

maître, tandis que Barbey d’Aurevilly, malgré tant de prestance, nous ait toujours paru de si mauvais exemple, de si déplorable conseil ? N’est ce point parce que ces dons, que d’Aurevilly par orgueil et par suffisance, employa si mal, sont essentiellement inacquérables, tandis que cette méthode, cette discipline à quoi se soumettait Flaubert, chacun de nous, fût-ce pour des fins différentes, est à même de l’adopter ?

Non, je ne méjuge point d’Aurevilly. Des brillants écrivains comme lui, on les compte. Il est parfois prestigieux. Dès qu’il cesse de l’être, il tombe fort au-dessous du médiocre. Il ne consent jamais au naturel. Il est guindé. Son meilleur livre reste indi-